LE SUCRE : LES ALTERNATIVES

#selfecologie #Naturopathie #Formation #MangerSain #Conscience #Santé #Beauté

Nous avons vu dans l’article précédent (le sucre, faux aliment et vrai poison), comment le sucre est un faux aliment, pourvoyeur de vraies maladies. Aujourd’hui, nous allons voir quelles sont les alternatives au sucre.

Il est bien évident que la meilleure alternative est de moins manger de sucre et lorsqu’on en utilise d’en prendre de meilleure qualité. Dans la catégorie sucre (pur jus de sucre de canne, avec toutes les vitamines et les minéraux) le sucre rapadura ou muscovado sont déjà de meilleurs choix (le muscovado étant moins cher que le rapadura – on les trouve tous les deux en boutiques diététiques ou quelquefois dans certains rayons bio de supermarchés). C’est un bon investissement, si l’on réduit sa consommation en même temps. Leur goût est excellent et leur index glycémique bas (70 en moyenne).

A part cela, que peut-on utiliser pour remplacer le sucre ?

Je vous présente ici trois de ces alternatives.

La stevia

La stevia est extraite de plantes originaires d’Amérique du Sud. Son pouvoir sucrant est 300 fois supérieur à celui du sucre de table et peut s’utiliser dans des recettes froides ou chaudes. 2 grammes seulement de stevia remplaceront 100 grammes de sucre. Attention cependant, son petit goût de réglisse est bien prononcé.

Le miel

Le miel est l’un des plus anciens produits sucrés connus. Il a un pouvoir sucrant et un goût sucré supérieur à ceux du sucre. Le miel sucrera à merveille vos crêpes ou vos yaourts, mais vous pourrez également remplacer dans vos desserts 100 grammes de sucre par 50 grammes de miel.

Le sirop d’agave

Le sirop d’agave est issu de la transformation de la sève de l’agave, une sorte de cactus poussant sur les volcans au Mexique. L’agave contient pour partie du fructose, qui lui confère un grand pouvoir sucrant. Son goût est neutre et son pouvoir sucrant est 3 fois supérieur à celui du sucre.

Le sirop d’agave s’utilise aussi bien chaud que froid : remplacez dans vos desserts 100 grammes de sucre par 50 grammes de sirop d’agave.

(source : passeportsante.net)

Le cas du fructose

Le fructose vendu dans le commerce est une mauvaise alternative. C’est un produit  raffiné ; c’est en fait du sucre de fruit raffiné, qui provoque les mêmes problèmes que le sucre de canne blanc. A bannir donc.

La dépendance au sucre, comment s’en sortir ?

Le sucre c’est comme la cigarette et le café, c’est une vraie dépendance. Plus vous mangez de sucre, plus vous avez envie d’en manger. Certes, le cerveau a besoin de sucre (5g par heure), mais absolument pas de sucre raffiné. De plus, il est presque certain que vous nourrissez en fait une bactérie : le candida albicans qui s’installe dans votre intestin et provoque une maladie, la candidose. Cette bactérie est « sucrovore » (elle a besoin de sucre pour proliférer) et va vous pousser à en consommer.

Alors, me direz-vous, que fait-on ? Comme toutes les dépendances, pas question d’arrêter brusquement sous peine de souffrir de manque et de replonger plus gravement qu’auparavant. D’autant plus que dans notre société, tout nous pousse à consommer du sucre, soit avec des produits sucrés (pâtisseries, glaces, confiseries, etc.) mais également avec des produits raffinés (pâtes blanches, farine blanche, riz blanc, etc.) qui sont également des sucres.

  1. Il est important par exemple de manger les hydrates de carbone (pâtes, riz…) avec des « ralentisseurs » (légumes), pour éviter que le sucre de ces produits ne passe trop vite dans le sang. Acheter si possible des pâtes, du riz, de la farine demi-complets, car ces produits ont gardé une partie de l’enveloppe de la graine et ont donc des ralentisseurs intégrés.
  2. Il est impératif de diminuer sa prise de sucre ; mais on y va doucement, à son rythme et on ne culpabilise pas si l’on chute ; il faut au maximum éviter la frustration qui est synonyme de rechute. Ce n’est pas grave, ce qui compte c’est le global, pas le détail. On peut commencer par éviter les desserts à chaque repas (quitte à s’en offrir un, une fois par semaine par exemple ; moins si l’on s’en sent capable). On remplace le sucre par une alternative (voir, ci-dessus), on l’enlève si on peut des boissons chaudes, on ne sucre pas certains plats ou boissons, on mange un fruit, etc. (éviter les jus de fruits qui sont bourrés de sucre).
  3. On nettoie ses intestins pour se débarrasser des vilaines bactéries qui prolifèrent. Le psyllium, à raison d’une cuillère à soupe pour un grand verre d’eau par jour est un excellent nettoyeur (et en plus il a d’autres bénéfices – lien), par exemple. On s’hydrate bien tout au long de la journée et on a une activité physique : marche, natation, yoga, etc. régulière.
  4. Il est important de bien lire les étiquettes de ce que l’on achète. Des sucres sont souvent cachés dans les aliments, même les plus improbables. Si possible, il faut éviter les produits tout préparés.
  5. On peut aussi consulter un thérapeute pour se faire aider si besoin, pour garder le moral, pour continuer d’avancer, car comme avec toutes les dépendances, l’arrêt du sucre peut entraîner une baisse de moral (entre autres).
  6. Pour aller plus loin, je vous invite à lire cet excellent livre « Le sucre ou la vie » de Bruno Kleiner (éditions Lanore), qui recense tout ce que fait le sucre à votre corps (vous allez peut-être trouver des débuts de réponse à des choses qui vous tracassaient).

A bientôt,

Valérie SILVESTRE, naturopathe et formatrice

Vous avez aimé cet article ? Dites-le ! Cliquez sur l’icône, ci-dessous. Merci !

Image par yabayee de Pixabay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s